À monsieur Yves Bénard
à propos de son livre :

Divergences turco-arméniennes ! Nouveau regard
Auparavant titré :
Génocide arméniens, et si on nous avait menti

J'ai préparé cette page à la suite de la lecture de l'ouvrage de Monsieur Bénard et d'un début de dialogue avec lui.

Mes Amis turcs consultés, m'ont dissuadé de poursuivre cette relation qui ne mènera à rien sauf à m'épuiser en vaine polémique ; je suivrais leur recommandation par respect pour mon père et ma mère, rescapés du génocide et de mes grands-parents, victimes innocentes.

J'ai malgré tout de la compassion pour cet un homme, qui me semble être sincère, animé par le désir de complaire à ses relations, persuadé de la justesse de ses analyses. Ses relations, dont Maxime Gauin, ont trouvé en lui, un bon propagandiste.

Je crains que sa descendance n'ait quelque honte à l'exemple du petit-fils de l'un des 3 responsables du génocide : Hasan Cemal

Je vais commencer cette page de présentation en confirmant l'engagement des Arméniens de Russie auprès de la Russie lors de la première guerre mondiale et aussi celui de petits groupes volontaires arméniens ottomans [j'apporte donc ma confirmation au propos de Monsieur Yves Bénard] ; mais ceci justifie-t-il de punir tout un peuple innocent.

Voir cette vidéo de la télévision américaine, où s'exprime  Raphael Lemkin le concepteur du mot génocide.

et lire le sous-titrage  qui apparait à partir de la 5:14 minute dont nous reprenons ci-dessous la capture d'écran :


 

 

 

Le général Kenan EVREN, Président de la république turque, investi après un coup d'État, lançait, par son discours du 12.6.1982 à Amasya le top départ d'une vaste opération médiatique à l'attention de la Presse du monde entier, qui fut invitée à Ankara.
On promis d'ouvrir les archives.


Deux journalistes français d'investigation, Arnauld Hamelin et Jean-Michel Brun se rendirent en Turquie pour mener une enquête sur le terrain.
Ils publièrent un livre sous le titre " LA MÉMOIRE RETROUVÉE "

PRÉSENTATION

 


En Turquie Mehmet Ali BIRANT éditorialiste et homme de télévision, réunit textes et images, pour justifier les répressions, voire accuser les Arméniens de génocide ; on y retrouve sous forme d'images les grandes lignes du livre de
Monsieur Yves Bénard.

Plus tard, Mehmet Ali BİRAND évolue ; il signe le 22 février 2008, un article repris dans Hurriyet pour y saluer la décision de l’Etat turc (et donc de l’AKP) d’avoir adopté la Loi des Fondations et de demander ainsi pardon aux minorités chrétiennes spoliées depuis 1974.

Curieux personnage que ce Mehmet Ali BİRAND : courageux sur certaines prises de position mais dans le même temps, très proche des Kémalistes. Icône de la nouvelle génération des journalistes turcs, il a eu pour élève Can Dundar qui écrit ouvertement en faveur des Arméniens.

Pourquoi prive-t-on les Arméniens de leur droit à la mémoire ?
par
Elie Wiesel. Ecrivain. Prix Nobel de la Paix. - Décédé le 2 juillet 2016 (à 87 ans)

Encyclopédie multimédia de la Shoah - Le cas du génocide arménien

Interdit d’entrer dans les archives
L’histoire de Mehmet réfute clairement l’affirmation officielle que « les archives en Turquie soient ouvertes à tout le monde »

Aveux des ex-Officiels civils et militaires

Les dessous des Archives Ottomanes

Les problèmes de déviation, d’absence et de disparition de documents

Archives allemandes